Dans un article publié dans la revue australienne “Lancet Child and Adolescence Health”, des scientifiques estiment que la durée de l’adolescence est plus importante aujourd’hui que par le passé. En cause, entre autres : la nutrition et la durée des études.

En effet, l’adolescence prenait fin à l’âge de 19 ans, cette limite devrait être repoussée selon les chercheurs de l’Université de Melbourne à 24 ans.

“Plutôt que de 10 à 19 ans, une définition de 10-24 ans correspond plus étroitement à la croissance de l’adolescence et à la compréhension populaire de cette phase de la vie”, jugent les auteurs de l’étude.

Les facteurs à prendre en compte pour justifier ce changement selon les experts sont principalement :

Sociétaux :

La durée allongée des études et le mariage et la parentalité tardifs.

Physiologiques :

Ce changement est lié à une meilleure nutrition dans les pays développés.

Biologiques : le développement cérébral continue au-delà de l’âge de 20 ans ainsi que les dents de sagesse qui poussent des fois à l’âge de 25 ans.

Cette nouvelle définition de l’adolescence devrait être prise en compte dans les politiques de soutien de la jeunesse, défendent les chercheurs.

Ils citent aussi à titre d’exemple, de pouvoir rallongé les services d’aide à la jeunesse jusqu’à l’âge de 25 ans.