Avoir une sœur ‘bavarde’ est un antidépresseur naturel, selon une étude

17

Le rôle des frères et sœurs dans la vie de tout être humain est presque aussi important que celui joué par les parents. Avec eux, nous avons appris, imité et exploré, et ce que nous sommes aujourd’hui est probablement dû à leur influence.

Afin de comprendre l’impact d’un frère ou d’une sœur sur la vie d’une personne, la chercheuse et professeure de l’université Brigham Young, Laura Padilla-Walker, a décidé de mener une étude pour déterminer l’influence de ces êtres par rapport à la des parents.

Après avoir observé 395 familles avec plus d’un enfant, et au moins l’une d’entre elles âgée de 10 à 14 ans, le spécialiste a pu identifier que les enfants avaient la capacité de fournir à leurs frères et sœurs quelque chose que les parents ne peuvent pas faire. Et dans certains cas, l’importance de la présence d’un frère ou d’une sœur était même supérieure à l’influence parentale.

L’étude a révélé que les sentiments de gentillesse et de générosité étaient plus faciles à apprendre d’un frère ou d’une sœur que d’un adulte. De plus, ceux qui avaient un frère, peu importe leur sexe ou leur âge, avaient une plus grande confiance en eux-mêmes, se sentaient moins seuls et avaient moins peur.

Une découverte curieuse

Mais un détail curieux pourrait être identifié à partir de ces résultats. Celles qui avaient des sœurs en particulier présentaient des signes mineurs de dépression dans leur enfance et à l’âge adulte.

Selon Laura Padilla, une sœur a un effet antidépresseur plus important, généralement dû à des capacités de communication qui tendent à être plus fortes chez la femme que chez le sexe masculin.

La science corrobore ainsi le fait qu’avoir une sœur (plus âgée ou plus jeune) est bon pour la santé émotionnelle et il est préférable de courir pour la serrer dans ses bras, l’appeler ou lui laisser un SMS, car il est probable que grâce à elle, vous aurez une meilleure stabilité mentale.